L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 letrre d'un suicide

Aller en bas 
AuteurMessage
r.n.rodrigues

r.n.rodrigues

Nombre de messages : 31
Age : 58
Localisation : Saint-Louis du Maragnon, Brésil
Date d'inscription : 12/06/2008

letrre d'un suicide Empty
MessageSujet: letrre d'un suicide   letrre d'un suicide Icon_minitimeMer 25 Mar - 8:23

je suis prêt par mon grand voyage sans tour
je n'ai plus rien de bon dans ce monde sans couleur
rien je n'ai pas joie ou je m'apporte la bonheur

toutes les portes et lumières sont fermées par moi
sans espoir et seul - je suis mon chemin par les traces de malheur
jusqu'à mon dernier calvaire.

www.rnrodrigues.over-blog.com
http// desterro.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natacha Péneau

Natacha Péneau

Nombre de messages : 1684
Date d'inscription : 26/09/2005

letrre d'un suicide Empty
MessageSujet: lettre d'un suicide   letrre d'un suicide Icon_minitimeVen 27 Mar - 8:06

Déprimant au possible !
le sujet est bon et bien ressenti mais le poème demanderait plus de travail

Se suicider sur le papier
Oui ! Mais en beauté ...

Amicalement
Natacha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natacha-peneau.fr
Marie

Marie

Nombre de messages : 862
Age : 64
Localisation : CHOISY-LE-ROI
Date d'inscription : 17/02/2007

letrre d'un suicide Empty
MessageSujet: Re: letrre d'un suicide   letrre d'un suicide Icon_minitimeVen 27 Mar - 11:41

Ce sujet n'est pas un mince sujet à aborder, mais encore faut-il savoir peser les mots et soigner l'écrit,

Bonne soirée
Marie

_________________
La poésie est l'euphorie de l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paisansage

Paisansage

Nombre de messages : 102
Age : 71
Localisation : Lille
Date d'inscription : 24/01/2007

letrre d'un suicide Empty
MessageSujet: lettre d'un suicide   letrre d'un suicide Icon_minitimeLun 27 Avr - 1:22

Le poids mort du vide


Bien que le suicide soit souvent considéré comme un acte de lâcheté, ne devrions-nous pas désavouer cette vérité littéraire quand ceci s’accomplit dans un paysage de déprime ou dans un désert d’oubli et d’abandon ! Le vide de la solitude s’installe en déréliction pour devenir hallucinogène et déforme la lucidité de la moindre réflexion. Les tempêtes dépressives détruisent les idées réfléchies et sèment l’attention dans le vent de l’inconscience. Alors, dans le ciel noir des visions floues, des mirages chatoyant de perfidie viennent griser l’esprit éthéré qui se perd, parfois sans retour, dans l’ensorcellement d’un marasme devenu séduisant.

Quoi de plus lourd que le vide dans une solitude qui nous pèse ? Si l’amour perdu peut vous écraser sous une chape de plomb amalgamée de peines et de pleurs, il peut aussi vous faire perdre la raison. Quand vous vous noyez dans un torrent de larmes, les idées pernicieuses viennent souvent vous faire la cour, vous charmer, vous séduire pour que vous embrassiez leurs désirs qui vous amènent au dernier soupir. Posé sur le fil du rasoir, l’équilibre devient fragile et le moindre souffle d’abandon peut vous basculer dans les ténèbres des griffures du temps. Le remède serait de penser positivement et de croire que chaque mot a besoin de son contraire pour créer un équilibre de vie dans un dialogue de partage. Ainsi pour vivre le bien a besoin du mal, le vrai a besoin du faux et Dieu a besoin du Diable pour se faire remarquer et guider nos pas sur le chemin de la félicité.

Si Dieu est en chacun de nous, peut-il être à l’écoute de nos malheurs quand nous nous exprimons avec inconscience ? Quelle réponse ou solution à un message incohérent, à un esprit torturé ? Les forces spirituelles qui s’affrontent sur un champ de déshonneur sont-elles d’égales valeurs ? Dialogue je disais ! Avec qui ? Qui se retourne encore sur le sort des autres ? Dans une société de non partage, on reconnaît sa réussite par rapport aux faillites des autres. Pourtant pour casser la solitude des humbles, de nos égaux en droits, il faudra bien un jour tendre l’oreille et la main. Ne manquons-nous pas, nous aussi de courage et de vigueur morale quand nous fuyons un acte d'entraide ? Une société intelligente ne peut grandir dans la marginalité de la maudite engeance ni dans les bandes hostiles au respect de l'égalité des droits. Alors lorsque nous nous voilons la face face au désarroi d'une âme en détresse, à l'éviction, à la misère d'un être en perdition, sommes-nous réellement en paix avec notre conscience ? Qui ferme les yeux pour devenir lâche ? Le dépressif ou « l’autre » qui le regarde sans ciller ? N'y aurait-il pas là un refus d'aide à personne en danger ? Une incitation à l'acte fatal ?

A tout instant la tristesse peut frapper à votre porte mais sachez que son contraire n’est jamais bien loin pour essuyer vos larmes et sécher vos pleurs. N’oubliez jamais que les distances vous sembleront toujours courtes quand un proche au loin vous attend. Pensez que le mal est une tare qui pèse sur la balance de l’existence, mais ne fera jamais le poids face à la générosité d’un cœur qui vaut son pesant d’or. Il est nécessaire de se sentir et de se savoir aimé. Dans ces moments de désarroi, soyez aussi à l'écoute de votre voisin et combattez ensemble l'isolement et la solitude. N'est-ce pas dans la difficulté que la grandeur et l'efficacité des hommes se dévoilent ? Pour exister l’homme doit communiquer et abandonné, loin de ses proches ou de l’amour de son prochain, il n’est rien de moins qu’un mort ambulant dans un désert de vie. Pensez-y.


Paisansage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




letrre d'un suicide Empty
MessageSujet: Re: letrre d'un suicide   letrre d'un suicide Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
letrre d'un suicide
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suicide
» lettre d'un suicide
» Mission suicide
» Le suicide
» Suicide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS POEMES-
Sauter vers: