L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Alièr

Aller en bas 
AuteurMessage
Joaquim



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 27/09/2005

Alièr Empty
MessageSujet: Alièr   Alièr Icon_minitimeVen 12 Mai - 1:41

Alièr
(les cerveaux lents)

Comme la rapine de la loutre sur le gris-ciel d’un ventre
c’est un éclair, dans le miroir des eaux,
et la source des sources haut levée frappe alors ses coups à la porte
tout bleu dénué à l’abri des pierres
dans le cycle intranquille des siècles, et des foins roulés au sec.

… c’est une rivière à l’anse étroite
Où les mèches tressées d’attente
S’épanchent le long des synovies


A l’étale de l’eau écouter
Ce qui restera demain de sa force à l’orage
Mouche, à la surface d’une joue, et miel, et cuiller.

… et mes genoux ébouriffés.

Ils traverseront Desges et Arquejol,
et Fioule où embrasser le vent, qu’une fois, une fois encore,
il me pousse par les reins des champs d’orchis et de fraisiers sauvages
à s’y perdre une vie.

- mais les feuilles, vers l’oubli si rapides
dans le vertige de l’eau et de l’air
le remous tend les bras à toutes les écorchures
tumulte même où les ensevelir
« Car la loutre qui sait l’ordre des rivières et le sens des gués
te fera passer sans que tu ne te noies
jusqu’aux froides sources de la mort » *


Petites mers se sont mises dans le parallèle du chemin,
elles s’ornent d’une fissure, se fécondent,
Vois ... l’encre se lit de boue.
Se tracent des cerveaux lents,
- envolée de feuilles pâles se recourbant vers le primitif du tronc -
la conscience suspend l’action,
- trois gemmes de pluie coulent sur une joue, et c’est l’écho rebondissant entre les rochers,
la fragrance criblant le plus aiguisé de la lame -

le sensitif surpris dans son moindre détour, comme la rivière par le regard du sentier qui la longe.

- mais que disent ces mains prises dans les palissades du lierre ?-
A ma gauche part un chemin de laine…
le suint à fleur de joue je passais les montagnes.
J’aurais aimé hisser d’autres yeux sur mes épaules,
au dessus des nuages qui enfoulardent la parole,
(sur quelles évangiles ainsi silencieusement ceinte ?)

Et le souvenir à la traîne
d’un nuage qui s’effiloche dans le vallon
- est-ce déjà l’oubli ?
comme un bagage devenu trop lourd
à porter.



* (chant mortuaire roumain)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natacha Péneau

Natacha Péneau

Nombre de messages : 1684
Date d'inscription : 26/09/2005

Alièr Empty
MessageSujet: Alièr   Alièr Icon_minitimeVen 12 Mai - 7:15

Bonjour,
merci pour ce texte émouvant et pour ta visite.
Bienvenue et j'espère à bientôt
amicalement
Natacha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natacha-peneau.fr
Dentelle

Dentelle

Nombre de messages : 147
Localisation : Cher
Date d'inscription : 16/10/2005

Alièr Empty
MessageSujet: Re: Alièr   Alièr Icon_minitimeSam 13 Mai - 16:02

Je n'ai pas tout compris, cher Joaquim.... comme d'habitude Embarassed

Mais est-ce si important, la compréhension comme dans les livres d'école ?

J'ai été bercée par un chant, celui des mots qui, comme une liane, nous font passer insensiblement et sans heurts, entre tous les éléments, comme si ceux-ci nous étaient favorables et complices... une liane qui, insidieusement, resserre son étreinte pour nous rappeler à la réalité des pauvres devenirs humains...

Mais, je suis entrain d'analyser, alors que j'ai surtout "ressenti" ce que j'aime éprouver sans l'expliquer : l'émotion.

A vous revoir et relire, très cher Wink

Dentelle Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Alièr Empty
MessageSujet: Re: Alièr   Alièr Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Alièr
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS POEMES-
Sauter vers: