L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Gangrène

Aller en bas 
AuteurMessage
Rodes

Rodes

Nombre de messages : 1153
Date d'inscription : 06/07/2006

Gangrène Empty
MessageSujet: Gangrène   Gangrène Icon_minitimeDim 24 Déc - 0:41

Gangrène Aubeavrilsy3


Gangrène


Je suis contre toi.
Sur le pourtour de ton escarpin,
Je grimpe à reculons,
Sournoisement hésitant.
Comme un prédateur,
Je suis la ligne de ton bas.
Il me faudra une minute,
Pas davantage, pour planter
Dans ta chair asservie
L’étendard des gens heureux,
Le dard de mes vieux jours.

Nous tisserons des pantoufles
A carreaux près d’un feu rouge et froid,
Stoppés net par le balancier
D’un éternel contretemps,
Mus par la seule pesanteur de nos
Gestes, roulant dans l’éboulis
Incessant de nos carrières éventrées.

Aveugles parlant des mains,
Ridés, flétris, délavés,
Nous pourrirons dans la lavande
Du placard, jouant à effeuiller
Les mites volages qui s’aiment,
Comme nous, dans les plis
Du linge propre, dans l’ombre odorante
D’un tombeau de bois.

Derrière la fenêtre la terre pleut,
Sans bruit, sans tristesse, car elle
Est tout simplement la terre.
Tu as pleuré, hier, souviens-t'en !
Mais c’est la vie, on le sait bien,
Qui ne passe jamais sans creuser
Son lit dans le désert des
Rêves morts.

Nos cœurs n’ont plus vingt ans.
C’est le vain temps des rires oubliés,
Des sacs d’écoliers qui pendent aux branches sèches,
Fruits pétrifiés et lourds.
C’est la poussière de nos visages qui grisaille,
Des regards sans vie, des heures sonnant le glas
De sources taries, oubliées.


J’ai creusé, au jardin, derrière le cerisier,
Un trou, un trou noir pour y jeter mon corps
Sans sève, mon crâne cerclé de plomb, ma gangrène
Incurable.

Et même là, loin de tout ce qui jouit encore,
De la jeunesse bravache et de l’horizon rassurant
S’éteignant avec le soir, même là, passent encore
Les fantômes de nos pas pressés qui battaient un pavé conquérant.

Je prie alors, à genoux, et avale le ciel
Qui s’enroule en cône dans ma chair,
Me spirale de peur, me tord de chagrin, m’enroule dans
Ses bras cotonneux puis, me porte, en éclats de sang,
Jusqu’aux immensités béantes du néant.

L’étoile filante est passée !
Ne regarde plus là haut car le nuage
A déjà posé son suaire blanc sur ma fuite obscure.
Je suis loin de ton lit d’enfant. Dors et ne rêve
Plus que de tes jeux, toi qui ouvres des yeux
Limpides sur un jour nouveau, toi qui portes sur ton
Petit dos l’univers entier pesant tel une belle et légère éternité.


Rodes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natacha Péneau

Natacha Péneau

Nombre de messages : 1684
Date d'inscription : 26/09/2005

Gangrène Empty
MessageSujet: Gangrène   Gangrène Icon_minitimeDim 24 Déc - 3:27

"L’étoile filante est passée !
Ne regarde plus là haut car le nuage
A déjà posé son suaire blanc sur ma fuite obscure.
Je suis loin de ton lit d’enfant. Dors et ne rêve
Plus que de tes jeux, toi qui ouvres des yeux
Limpides sur un jour nouveau, toi qui portes sur ton
Petit dos l’univers entier pesant tel une belle et légère éternité."

*******************************************************
Le début du poème est un pur Baudelaire et tout à coup cette douceur qui est en toi...
Merci de partager...
Bon Noël !
bise des jours de fêtes
Natacha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natacha-peneau.fr
Rodes

Rodes

Nombre de messages : 1153
Date d'inscription : 06/07/2006

Gangrène Empty
MessageSujet: Re: Gangrène   Gangrène Icon_minitimeDim 24 Déc - 6:05

Bonjour Natacha...

La douceur n'empêche pas la lucidité, et réciproquement. Bonnes fêtes à vous.

Tendres bises.

Jérôme.

Gangrène Noelbneige013sb1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Gangrène Empty
MessageSujet: Re: Gangrène   Gangrène Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Gangrène
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Gangrène...
» Gangrène de star...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS POEMES-
Sauter vers: